Thierry WICKERS – Avocat inscrit au barreau de Bordeaux depuis 1978

Associé fondateur d’EXEME et EXEME ACTION – Ancien bâtonnier du barreau de Bordeaux.

  • Spécialiste en droit du crédit et de la consommation
  • Spécialiste en droit des garanties, des sûretés et des mesures d’exécution.

Domaines d’activités principaux

J’interviens essentiellement dans le droit des affaires et mon activité est surtout judiciaire. J’ai beaucoup travaillé dans le domaine du contentieux bancaire. Pour cette raison, je maîtrise les techniques du recouvrement des créances ou de l’exécution des jugements. Je sais gérer les ventes aux enchères d’immeubles, les saisies mobilières, de marchandises ou de parts sociales.

Bordeaux est toujours un grand port maritime, et je fais partie (avec mon associé Daniel Lasserre) des avocats qui traitent des questions liées au transport maritime.

Je m’intéresse aussi beaucoup aux aspects juridiques du développement des technologies de l’information. Avec deux autres avocats du cabinet (Jean Merlet-Bonnan et Thierry Grossin), nous avons même réalisé une étude complète sur la réglementation des drones. Comme j’écris ou publie régulièrement, vous pouvez également consulter sur internet un de mes articles ou de mes vidéos.

Ce qui me différencie

Le fait d’avoir occupé de nombreuses fonctions ordinales, sur le plan local (bâtonnier de Bordeaux) ou national (président de la Conférence des bâtonniers, président du Conseil national des barreaux). Je continue d’ailleurs à siéger au sein du Conseil des barreaux européens. Ce sont des expériences très enrichissantes. En même temps, cela m’a permis de maîtriser le droit de la réglementation professionnelle, ou de la responsabilité des notaires, des avocats, ou d’autres professionnels et de disposer de très bons réseaux de correspondants dans toute l’Europe.

Est-ce que je serai en mesure de traiter votre dossier ?

Chez EXEME, chacun d’entre nous veille à ne pas sortir de son domaine de compétence. Si je ne peux pas traiter personnellement votre dossier, je vous le dirai. Nous avons aussi l’habitude de travailler en équipe, chaque fois que nous sommes confrontés à un problème qui le nécessite. Expliquez-moi ce qui vous arrive, et je vous indiquerai si je peux prendre en charge votre problème.

Pouvez-vous espérer que je ferai le maximum pour vous ?

Un avocat doit s’engager aux côtés de son client : partager le succès, comme l’échec. En effet, dans le domaine judiciaire, toutes les affaires ne peuvent pas être gagnées. Je fais toujours le maximum pour aider mes clients ; mais je ne vous conseillerai jamais une action ou une procédure qui n’aurait pas de chances de succès. Nous déterminerons ensemble les buts qui peuvent être atteints.

De quelle manière paie-t-on les honoraires du cabinet ?

Je pratique un tarif horaire de 250 € HT. Chaque fois qu’il est possible de déterminer le coût prévisible d’une intervention, je propose un forfait, pour vous permettre de mieux gérer les coûts juridiques que vous aurez à supporter. Si nous convenons d’un forfait, nous pourrons prévoir des règlements mensuels, pendant la durée de la procédure. Dans la plupart des cas, une procédure dure rarement moins d’un an. Il faudra seulement payer une provision initiale, notamment pour les frais de justice. Les frais de justice eux-mêmes ne sont pas très élevés. Il peut s’agir de frais d’huissier, ou encore du timbre fiscal (250 €) nécessaire devant la cour d’appel. Pour les frais de déplacement, c’est la même chose, nous vous demandons de les régler à l’avance.

Qu’aimez-vous dans le métier d’avocat ?

C’est un métier qui demande une haute technicité et le sens de la stratégie. Surtout, j’apprécie la relation de confiance qui se tisse avec celui qui me confie la défense de ses intérêts. La responsabilité qui pèse sur l’avocat est importante ; c’est à la fois exigeant et motivant.

Répondez-vous à vos clients ?

Je lis régulièrement mes courriels et j’essaye d’y répondre le plus rapidement possible, car je sais qu’il est important pour vous de savoir que votre dossier est suivi régulièrement. Le courriel, c’est pour moi le meilleur moyen de rester en contact avec mes clients. Quand je me déplace, je veille à avoir toujours accès à ma messagerie.

Etes-vous quelqu’un d’agréable ?

Difficile de vous répondre objectivement. Les avocats agissent sous de fortes contraintes. J’essaye d’être disponible pour mes clients et de leur consacrer tout le temps dont ils ont besoin. Ce que je peux écrire, c’est que chaque fois que l’intérêt de mes clients l’exige, je sais ne pas être particulièrement agréable avec l’adversaire.