L’incidence du développement de l’intelligence artificielle sur la justice du XXIème siècle et son impact sur les avocats

 

 

Le Conseil des barreaux européens, porte-parole de la profession d’avocat en Europe, s’interroge sur l’incidence de l’intelligence artificielle sur la justice.

Quels seront les effets de l’intégration de l’intelligence artificielle à la justice du XXIème siècle sur les avocats ? Thierry Wickers, associé d’Exème x Ulysse et chef de la délégation française et président du comité « Avenir de la profession et des services juridiques » du CCBE.

« Intelligence humaine et justice humaine. Ce couple est désormais remis en cause par les progrèsd’une nouvelle forme d’intelligence. Celle-ci a déjà démontré sa capacité à rivaliser avec les
humains, dans le domaine des transports, de la santé, des finances ou du jeu. Personne ne doute
qu’elle sera utilisée dans le secteur de la justice. Elle y a même déjà pénétré.

L’évolution est si rapide que des plateformes qui proposent des services de justice artificielle, dotés
d’une intelligence artificielle et gérés uniquement par elle, sont déjà accessibles.

Entre les deux extrêmes d’une justice qui ignorerait les possibilités de l’intelligence artificielle et
d’une justice totalement déshumanisée – dans laquelle le juge (et l’avocat ?) seraient remplacés par
des machines – se situe la justice de demain. Il reste à en dessiner plus précisément les contours.
Toutes les combinaisons sont encore aujourd’hui envisageables, mais il s’agira bien de combinaisons,
car il est certain que demain, l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle seront associées
dans le fonctionnement de la justice.

Ce moment particulier, qui se situe avant le basculement complet dans le monde nouveau,
pendant lequel se font des choix qui décideront du meilleur futur possible, est celui que nous
vivons aujourd’hui. Il sera extraordinairement bref. C’est maintenant qu’il faut déterminer les
conditions du recours, au cours du processus judiciaire, aux outils de l’intelligence artificielle et les
règles à appliquer pour en encadrer l’usage.

Les avocats ont une place essentielle à jouer dans cette réflexion parce qu’ils connaissent le prix et
les enjeux d’une justice équitable, respectueuse de l’égalité des armes et des droits de la défense.
À Lille, nous vous invitons à imaginer la place à donner à l’intelligence artificielle, pour rendre la
justice plus humaine, et non pas inhumaine. » Thierry Wickers