“Je ne suis pas un chat, Monsieur le juge”. C’est la réplique phare d’une vidéo de la justice (américaine) post-Covid devenue instantanément virale.

Je ne suis pas un chat

Rod Ponton, County Attorney du comté de Presidio (Texas) ne se doutait pas, lorsqu’il est apparu le 9 février 2021 à 11 heures sur Zoom pour une audience en vidéo, que dans quelques heures il serait devenu une star de YouTube.

Je ne suis pas un chatGrâce en soit rendue aux possibilités du logiciel Zoom, l’attorney est apparu à l’écran sous les traits d’un adorable chaton.

“Mr. Ponton, Je pense que vous avez activé un filtre pour vous connecter”, lui a indiqué le juge Roy Ferguson de la cour du 394ème district.

Dans les secondes qui suivirent Ponton le chat a désespérément tenté de retrouver figure humaine, sans succès. Il a par la suite expliqué qu’il s’était connecté sur un ordinateur qui n’était pas le sien, mais celui d’une de ses assistantes et qu’il n’était pas encore parfaitement familiarisé avec les fonctionnalités de Zoom.

C’est dans le fil du bref échange entre le juge et l’avocat que Rod Ponton finit par assurer au juge “Je ne suis pas un chat”, et s’entend répliquer “Je peux effectivement voir ça”.

“I’m here live. I am not a cat,”…”I can…hum… I can see that”

Quelles sont les règles qui s’appliquent aux audiences en ligne ?

En France aussi, les effets juridiques de l’état d’urgence sanitaire se sont faits sentir sur le fonctionnement des juridictions, et des audiences ont pu se tenir en visio, à distance. Il est vraisemblable que cette tendance va s’accentuer.

Mais l’épisode illustre les nombreuses questions que pose cette évolution.

La vidéo a été mise en ligne par le juge sur Twitter, avec un bref commentaire du juge invitant les avocats, quand ils se servent d’un ordinateur qui a été utilisé préalablement par un enfant, à contrôler la présence éventuelle d’un filtre avant de se connecter à la juridiction.

Au-delà du traitement des incidents inattendus, plus ou moins cocasses, qui peuvent émailler une audience en visio (un avocat est déjà apparu depuis le bord de sa piscine, et une autre, du fond de son lit), c’est bien à la définition des règles applicables à ces audiences d’un nouveau type qu’il faut s’atteler.

Les autres acteurs involontaires de cette vidéo commentée aussi dans le Houston Chronicle et dans Vice, sont un assistant du district attorney et un avocat attendant son tour !