Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? C’est sous ce titre que les Echos judiciaires Girondins publient (N° 6660-6661 du 8 novembre 2019) une interview croisée de Daniel Lasserre et Thierry Wickers sur le thème de l’intelligence artificielle. Jennifer Wunsch a réalisé cette interview croisée, au cabinet EXEME.

L'interview a été réalisé au cabinet EXEMELes thèmes abordés dans l’interview

L’interview traite de plusieurs thèmes. Les principaux sont les suivants :

– Comment définir l’intelligence artificielle ?

– Quel encadrement juridique pour l’intelligence artificielle ?

– Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ?

L’interview est accompagnée d’encarts consacrés à plusieurs acteurs bordelais du secteur de l’intelligence artificielle.

Les avocats doivent-ils avoir peur de l’intelligence artificielle ?

L’activité des avocats, et le fonctionnement de la justice, vont probablement connaître des transformations profondes. Les Cahiers de droit de l’entreprise ont publié dans leur numéro de juillet/août 2019, un dossier complet sur l’intelligence artificielle, le droit, la justice et les avocats. Ce dossier a été réalisé en collaboration avec Peter Homoki, Il s’agit d’un avocat hongrois dont le cabinet (Homoki law firm) est spécialisé dans les technologies de l’information. Le dossier est constitué d’une série de quatre articles. Les titres des articles sont :

– L’intelligence artificielle, données de base

– Peut-on coder le droit ?

– L’intelligence artificielle et la justice

– Quelques usages de l’intelligence artificielle par les avocats

Les travaux du CEPEJ et du CCBE sur l’intelligence artificielle

De l’autre côté de l’Atlantique, la Justice a déjà adopté plusieurs dispositifs qui relèvent de « l’intelligence artificielle ». Cependant, cette introduction s’est faite sans avoir été précédée d’une réflexion. Les enjeux éthiques de l’emploi de l’intelligence artificielle n’ont pas été pesés. Ces dérives ont été illustrées à l’occasion de l’affaire Loomis.

Une charte éthique a été élaborée par le CEPEJ

Le CCBE, est une organisation qui regroupe plus d’un million d’avocats européens. Il réfléchit également à l’adoption de principes éthiques. Il convient de garantir que l’introduction de l’intelligence artificielle ne se fera pas au détriment des règles du procès équitable. Ces principes pourront peut-être être adoptés à la fin du mois de novembre, à Bruxelles, à l’occasion de la prochaine assemblée plénière.