La principale cause de stress, chez les magistrats provient du poids de la décision lui-même. L’obligation de trancher le litige, et les conséquences qui peuvent découler de cette décision, si l’on en croit une récente enquête.

Les conséquences possibles de la décision, principale cause de stress

L’enquête s’appuie sur les réponses de plus de 1000 magistrats. L’importance et l’impact de la décision à rendre est citée comme la première cause de stress, par 79,7% des juges interrogés.

C’est ainsi, par exemple, que les juges qui sont amenés à intervenir en cas de difficulté familiale, pour fixer la résidence des enfants chez l’un ou l’autre des parents souffrent de devoir prendre des dispositions qui sont susceptibles d’avoir une importance profonde et durable sur le destin des enfants concernés.

Juger est un processus coûteux, pour celui qui juge

cause de stressD’une manière générale, d’ailleurs la prise de décision est un processus coûteux et consommateur d’énergie. Une célèbre étude menée sur l’activité de magistrats israéliens a montré que l’heure de la journée et le taux de glucides dans le sang du jugeavait une incidence sur le sens de la décision. Siéger de manière continue est aussi épuisant physiquement qu’intellectuellement, et la fatigue générée par des audiences trop longues est également soulignée par les magistrats (53,5%)

Il n’y a rien de surprenant non plus à constater que la charge de travail arrive en deuxième position parmi les causes de stress, avec 73,2%, tandis que le fait de ne pas être en mesure de traiter suffisamment de dossiers figure à un niveau élevé du classement (47,9%)

Le justiciable est une cause de stress pour les magistrats

En 4éme position, avec 62,5%, le contact direct avec les justiciables qui se présentent en personne est une cause de stress identifiée comme importante. Les magistrats ont aussi mentionné l’angoisse générée par les comparaisons régulières des mêmes parties, qui peuvent donner le sentiment que malgré les décisions rendues, les véritables problèmes ne sont pas réglés (58,1%). Le traitement de certains contentieux, comme le contentieux de la famille (50,3%) est également considéré comme particulièrement lourd à assumer.

L’avocat est aussi une cause de stress pour les magistrats.

Si l’ennemi de l’avocat c’est le client, l’ennemi du juge c’est d’abord l’avocat, avant le justiciable. Pas tous les avocats cependant. Si les avocats sont cités dans le classement comme la troisième cause de stress (67,6%), il s’agit cependant des avocats qui se présentent sans être correctement préparés devant la juridiction. Tandis qu’est également signalée (48,5%) une dégradation des relations et une montée de l’incivilité et du manque de professionnalisme.

Les pressions politiques, la pression médiatique, ou les attaques sur les réseaux sociaux figurent aussi dans le classement, mais, ce sont là des facteurs considérés comme beaucoup plus secondaires

L’enquête “Stress and Resiliency in the U.S. Judiciary”, qui concerne la justice américaine, a été publiée dans The Journal of the Professional Lawyer.

En France, on peut signaler l’étude “Le stress des magistrats : quelle analyse ? Quel accompagnement ?