Le retour des firmes d’audit est annoncé. Les grandes firmes d’audit s’intéressent à nouveau au marché du droit.  C’est le sujet d’un rapport, dont la première partie vient d’être publiée par ALM INTELLIGENCE Elephants in the Room Part I: The Big Four’s Expansion in the Legal Services Market (téléchargeable : https://www.alm.com/intelligence/solutions-we-provide/business-of-law-solutions/state-of-the-industry-research/elephants-in-the-room-the-big-4s-expansion-in-the-legal-services-market/)

La première expansion des firmes d’audit dans le domaine du droit

Ce n’est pas la première fois que les firmes d’audit s’intéressent au marché du droit. Une première tentative avait été faite dans les années 1990, mais les choses avaient mal tourné. Après une série de scandales (affaire Enron), la nécessité de séparer audit et services juridiques s’était imposée. Les big avaient dû faire machine arrière.

Le retour des firmes d’audit

Depuis qu’elles ont décidé de s’intéresser à nouveau aux services juridiques, les grandes firmes d’audit sont parvenues, notamment en Europe, à s’emparer d’une part significative du marché. Elles utilisent la puissance de leur marque, l’importance de leur clientèle et leur capacité à offrir des services multidisciplinaires pour concurrencer les grands cabinets d’avocats. PWC Legal emploie 2500 avocats et pointe au 6e rang des fournisseurs de services juridiques.

A quoi faut-il s’attendre ?

ALM INTELLIGENCE annonce la publication de la 2ème partie du rapport le 27 septembre. Elle sera consacrée à l’examen de trois scénarii possibles. En attendant, une nette majorité des cabinets d’avocats interrogés dans le cadre du rapport déjà publié se préoccupe du retour des firmes d’audit, que beaucoup voient comme une menace sérieuse, plus préoccupante même que les évolutions technologiques et la concurrence des nouveaux prestataires qui les mettent en oeuvre.

L’arrivée sur le marché américain

C’est dans ce contexte que PWC a annoncé l’ouverture d’un cabinet d’avocats à Washington DC, ILC Legal. La réglementation du District of Columbia est très différente de celle des Etats américains. Les capitaux extérieurs sont autorisés et la multidisciplinarité est possible. Il est également possible à des avocats étrangers de s’inscrire sous le statut LFC (legal foreign consultant) et de consulter en droit du Royaume Uni. Ce devrait être, au moins dans un premier temps, l’activité de ILC Legal.