Les marketing fees condamnés dans l’Ethics opinion 1132

Les marketing fees du site Avvo https://www.avvo.com/  ,facturés aux avocats présents sur le site viennent d’être condamnés par le barreau de New York.

Le barreau de New York s’est exprimé dans un récent avis déontologique. http://www.nysba.org/EthicsOpinion1132/

Les marketing fees du site Avvo

il est interdit aux avocats de régler des commissions pour bénéficier de recommandations. Avvo pratique une notation des avocats, sur une échelle de 1 à 10 à partir d’une liste de critères prédéfinis (comme l’ancienneté). Avvo propose donc à ses clients de les mettre en contact avec « le bon » avocat.

Le barreau de New York a donc estimé que la notation s’analysait comme une recommandation implicite des compétences et des qualités professionnelles des avocats référencés qui obtiennent les meilleurs notes. Il a observé que l’offre « satisfait ou remboursé » mise en avant par le site venait renforcer l’effet de cette recommandation.

Les consommateurs qui utilisent Avvo Legal Services achètent des prestations packagées, comme un divorce à l’amiable, pour un montant forfaitaire. Le barreau de New York explique que, par exemple, lorsqu’un client paie 149 $ les services d’un avocat choisis par l’entremise d’Avvo, Avvo paie ce montant à l’avocat, mais récupère des marketing fees de 40 $. On ne se trouve pas en présence d’un service (licite) de notation des avocats par un tiers. “Avvo Legal Services is different. It is not a third party, but rather the very party that will benefit financially if potential clients hire the lawyers rated by Avvo.”

En définitive les marketing fees doivent donc être analysés comme une rémunération d’apporteur d’affaires.

Des tensions fréquentes

Cette opinion vient s’ajouter à d’autres prises de position dans le même sens, déjà signalées ici http://exeme-avocats.com/2017/07/14/barreaux-legaltech-et-deontologie/