L’intelligence artificielle dans les services juridiques

Vous retrouverez sur le blog du cabinet une rubrique consacrée à l’impact des technologies de l’information et à la mise en oeuvre de l’intelligence artificielle, sur les services juridiques.

 

Un rapport publié par Mackinsey

Si vous l’avez laissé passer, n’oubliez pas de lire le rapport publié par MacKinsey au début de l’année « A future that works : Automation, Employment, and Productivity », qui analyse notamment les effets de l’intelligence artificielle et de l’automatisation des tâches, (http://www.mckinsey.com/global-themes/digital-disruption/harnessing-automation-for-a-future-that-works). Le rapport identifie, au sein de chaque profession étudiée, les activités susceptibles (ou non) d’être automatisées. Pour chacune de ces activités, sont prises en compte les compétences nécessaires : perception sensorielle, capacités cognitives, capacité à s’exprimer en langage naturel, appréhension des émotions et des relations sociales, capacités physiques. Les performances des robots ne sont pas équivalentes, dans ces différents domaines.

intelligence artificielle

Des logiciels d’aide à la décision

Les juridictions s’intéressent de plus en plus aux logiciels d’aide à la décision (http://www.equivant.com/), comme Compas (http://www.equivant.com/solutions/inmate-classification), qui prédit les risques de récidive et de récidive violente. Ces logiciels sont des logiciels du marché, développés par des sociétés commerciales. Ces dernières estiment que le détail de leur fonctionnement relève du secret industriel. Un véritable enjeu pour la défense et le procès équitable.