La Cour de cassation (Cass. Com. 4 mai 2017, n° 16-12316) apporte une précision intéressante sur le devoir de mise en garde du banquier. On sait que lorsque le banquier octroie un crédit, il n’est tenu d’aucun devoir de conseil. En revanche, il peut être tenu d’un devoir de mise en garde, dans les cas où le crédit est susceptible de générer un endettement excessif pour l’emprunteur. Le banquier doit donc se préoccuper des capacités financières de l’emprunteur. Quand elles ont insuffisantes pour faire face à la charge de l’emprunt, il doit alors attirer son attention sur le risque qu’il prend. Mais lorsqu’il existe non pas un, mais plusieurs emprunteurs, quels sont les revenus à prendre en considération pour apprécier le caractère excessif ou non du crédit ? La réponse de la cour régulatrice est dépourvue d’ambiguïté : « lorsqu’un emprunt est souscrit par plusieurs emprunteurs, l’existence d’un risque d’endettement excessif résultant de celui-ci doit s’apprécier au regard des capacités financières globales de ces coemprunteurs. »